La Côte est d’Uruguay

Lorsqu’on sort de l’autobus, on entre dans un nouveau monde. Et on lit à propos des lieux avant, mais rien peut se préparer en entier pour l’environnement étranger. De ce fait, chaque voyageur se rend compte que l’adaptation, la flexibilité, et de vivre hors d’un sac à dos, et l’intégration des cultures et langues nouvelles font partie du lot si on veut jouir du voyage. En voyageant le long de la côte d’Uruguay, j’éprouvais la plus grande quantité de changement d’environnement que jamais jusqu’à présent. Parfois, il me semblait que ma vie ne pourrait pas respirer tandis que je poursuivais les nouvelles expériences. Cependant, chose certaine est que ces expériences sont pleines de qualité. Uruguay ne reçoit trop d’attention en étant entre Brazil et Argentine, pourtant cette boule de gomme italienne et bohème attrapera l’estime qu’il mérite à l’avenir. Cependant, serait bénéficiant de noter au moins que le Uruguay est le pays le plus cher en l’Amérique du Sud, chaque ville de la côte se tient à surf, et les Uruguayens parlent très rapidement sans beaucoup de pauses entre les mots.

IMG_2566
Premier lesson du surf

 

Punta del diablo

Si bohème que Cabo Polonio ou peut-être un peu plus, les maisons colorées et improvisées à Punta del Diablo se serrent à côté des deux plages de pêcheurs et surfeurs au point le plus nord de la côte est d’Uruguay. Ceci crée une atmosphère agréable et idéal où on peut apprendre surf ou fréquenter les gens. De plus, on peut entendre les vagues même dans la chambre tandis qu’ils font des bises sur le sable à travers la ville. Il n’y a pas de béton, alors lorsqu’on marche dans la ville sûrement on décide de dîner sur un porche, ou avec le sable au-dessous des pieds encore. Le thème de diable est adopté ici, car l’auberge de jeunesse la plus populaire s’appelle “Diablo tranquilo”, et la bibliothèque locale s’appelle “El Diablo lector”.

 

Paloma, et La Pedrera

Je suis arrivé à Paloma vers la fin de la saison de touriste, ainsi il était plus calme en comparaison à la saison de touristes entre décembre et février. Ceci est ce que les gens du coin m’ont dit. Ici, on peut rencontrer beaucoup de chevaux, et même un est venu pour manger l’herbe juste dehors la porte de l’auberge de jeunesse. D’autre part, on dirait que la ville fonctionne comme une fuite de printemps en tenant une plage très longue avec des endroits de faire surf, jouer aux sports, camper, et écouter la musique de roche Uruguayan. Les gens des autres villes voisines conduisent leurs voitures défoncées à la plage durant toute l’année afin d’essayer d’attraper des vagues larges, mais pas grandes en réalité. D’à côté, “La Pedrera” contient deux plages séparées par un point rocheux. Naturellement, ce point crée des ruptures dans la mer qui produit surf plus constant à l’inverse de Paloma.

IMG_2537

 

IMG_2541
Paloma

 

Punta del este

Environ deux heures plus sud de Paloma, on se trouve Punta del este. De beaucoup, l’endroit le plus riche et développé à travers la côte, Punta del este consiste d’édifices plus hauts et un grand port où les lions de mer passent. Punta del este est aussi le citadin le plus proche d’Argentine, donc il est beaucoup plus touristique. Similaire à Punta del diablo et La Pedrera, il y a des points que créent les vagues plus constantes, mais de façon différente, on commence à être témoin de l’influence italienne à Punta del este. Vingt minutes en bus dehors la ville se situe une maison et atelier autodidacte d’un artiste, directeur, compositeur, écrivain, fameux appelé Carlos Páez Vilaró. Ce “Casapueblo” est fait en céramique, consiste en treize étages, ne contient rien de lignes étroites, et prenait treinte-six ans pour accomplir. Vilaró est mort il y a deux ans et ces jours “Casapueblo” est utilisée comme musée, hôtel, et restaurant.

 

Piriápolis

La ville la plus ancienne au Uruguay, apellée Piriápolis, est le dernier arrêt dans la côte. Fondé par un homme d’affaire très populaire durant le dix-neuvième siècle appelé Fransico Piria, cette ville contient les bâtiments anciens et italiens de cette époque encore, quoique le château de Piria soit restauré. De façon similaire, il y a plusieurs plages et endroits pour faire surf, pourtant ici on se trouve des montagnes aussi qui n’existent pas ailleurs sur la côte. J’ai seulement passé un jour à Piriápolis, mais il était intéressant de toute façon de regarder l’influence italienne sortant en pleine force.

Quelques derniers points saillants à propos d’Uruguay jusqu’à maintenant: Contrairement à la croyance populaire, beaucoup de Uruguayens sur la côte mangent la nourriture végétarienne, en particulier parce qu’elle est moins chère. Il était seulement lorsque je suis arrivé à la capitale quand j’étais témoin de la culture de viande. En outre, Uruguay est très sûr. En particulier, je sentais que la sécurité était à un niveau plus haut que celle qu’on trouve à Toronto. En tout cas, je sens si reconnaisant pour la côte de Uruguay où il y a toujours une plage tout près. Je me souviendrai aussi Uruguay comme la place où j’ai appris comment faire surf grâce à quelques amis.

IMG_2675 8.22.22 PM

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NoDerivatives 4.0 International License.


Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s